Petit rien

 
 
Matisse de Sarah Wilson ed.Poligrafa  et un peu de bazar
 

Paysage marin

 
Paysage marin
Acrylique sur papier -20,5 x 26, 5 cm
 
Une vielle peinture que j'appréciais moyennement. Je lui ai chiné un cadre, un recadrage et voilà. Il est bien comme ça.

Femme végétale


Femme végétale ( 2014)
Acrylique sur papier - 24,5 x 29,5 cm ( taille cadre compris) 

Cette peinture a été faite durant mes vacances. On ne voit pas bien mais de la végétation sort de son corsage et de l'oreille. D'où le titre.

Dimanche

 
 

peinture cadre 20 x 20 cm / sans cadre 10 x 10 cm

Un peu de soleil...enfin - Des peintures sous cadres - Une peinture, un cadre mais j'hésite. Je ne sais pas si c'est cette peinture qui ira dans ce cadre ou si elle ira dans un cadre un jour.
 
 
 

Un jardin


Jardin normand (2014) -
acrylique sur papier - 21 x 29, 7 cm

A l'atelier



 
Ca bosse à l'atelier. Ai-je le droit de dire à l'atelier quand cet atelier est à la fois mon salon, ma salle à manger, mon bureau, ma chambre ? Un jour, j'aurai un atelier. Une pièce consacrée rien qu'à ça.

L'incontournable Angelina




Petit brunch entre soeurs chez l'incontournable Angelina. Comme nous sommes pauvres, nous avons pris la formule petit déjeuner à moins de 30 euros. C'était amplement suffisant. J'y retournerai pour essayer autre chose. Le cadre est beau et puis après s'être bien restauré, faut faire un petit tour dans le jardin des tuileries, juste en face. En ce moment, c'est la fête foraine au Tuileries et ce jusqu'au 24 août.
Merci à Julie pour ces photos.


sweet home

Une orchidée qui a perdu ses fleurs / un poste de radio offert par mes parents
 
 
Le salon / fauteuil crapaud chiné

salon avec grande bibliothèque / succulent qui mériterait un nouveau pot.

Les plantes




Les plantes - Acrylique sur papier 21 x 29,7 cm
Disponible

Cette année, j'avais mis dans ma valise de quoi travailler mais j'avais oublié mon pyjama.

Avec vue sur la campagne



Travail devant la fenêtre avec pour vue la campagne normande. Cette année, contrairement aux autres années, j'ai pris de quoi travailler.

Des fleurs










Des fleurs, des fleurs, des fleurs .....



Le vase - Acrylique sur papier (2014)
21 x 29,7 cm



Le crayon c'est bon !



Je ne suis pas très convaincue. J'aurai du faire les plantes plus grosses et là je me demande si je ne devrais pas en rajouter pour remplir un peu plus

Photo pourrie comme d'hab' parce que le papier est blanc en vrai

Inspiration

 
Paula Modersohn- Beker ( 1876 - 1907)
 
 
Sans titre  -1906
 
 
Autoportrait au citron - 1906/1907

Le livre du moment

 
J'ai acheté le catalogue de l'expo pour les peintures. Moi je suis comme une enfant, je lis pas je regarde les images. Sauf quand en fait, le texte est très intéressant. Donc c'est mon livre du moment.
 
 

Caillebotte à Yerres

 
La propriété de la famille Caillebotte
 
 Moi qui suis folle de Caillebotte, j'ai sauté de joie quand j'ai vu l'affiche dans le métro. Sauf que l'espace d'un instant j'ai confondu Yerres et Hyères. Mais ouf Yerres n'est pas Hyères et donc c'est plus facile pour d'aller voir mon cher et tendre Caillebotte. Le rendez-vous est pris puisque je ne suis qu'à 50 mn de Yerres en transport en commun. La propriété comporte une imposante demeure blanche qui n'est malheureusement pas visitable, une annexe où se trouve le musée ainsi qu'un restaurant gastronomique ( un vrai ), une orangerie transformée brasserie ( c'est là que j'ai fini, c'est plus dans mon budget), une glacière qui servait autrefois à stocker les aliments au frais, un potager et une chapelle en restauration. Bien sûr, un grand parc; et ce tout ça sur 7 hectares.
L'exposition regroupe une quarantaine de toiles impressionnantes notamment le triptyque de la première salle. Seule regret que ce fut court.
 
 
L'Yerres, effet de pluie (1875) de Gustave Caillebotte
 
 
  
 Le jardin potager, Yerres ( 1875 - 1878) de Gustave Caillebotte

Le potager

 
 La Chapelle
 
L'orangerie
 
Pêche à la ligne (157 x 113 cm) / Baigneurs, bords de l’Yerres (157 x 117 cm) / Périssoires sur l’Yerres (157 x 113 cm)  (1878) de Gustave Caillebotte