La tempête se déchaine

 
L'hiver est censé arriver, le ciel s'assombrir, le vent souffler et la mer se déchaîner


La tempête (2014)
acrylique sur papier - 27,5 x 34 cm cadre compris

Cadre et peinture


Sans titre (2012) 
acrylique sur papier - 33 x 41 cm  
 
J'ai chiné un cadre et il se trouve que cette peinture rentrait parfaitement. Comme c'est un cadre chiné, il est un peu abimé alors j'hésite à le proposer à la vente encadrée ou non. Si quelqu'un n'a pas peur de l'usure du temps...sinon cette peinture est toujours disponible.  

A l'atelier

 
 
 
 


 

Ma semaine en images

 


 
 
Se poser chez soi pour réfléchir à de novelle peintures / lire dans le métro en attendant quelqu'un toujours en retard / Allez au concert / Se faire une belle expo au musée du Sénat /  Entrez au musée de plein jour et en ressortir en pleine nuit.

Le couché de soleil


Un nouveau paysage - un peu automnal, baigné de lumière


Coucher de soleil ( 2014) - acrylique sur papier
21 x 29,7 cm


Que la mariée est belle !

 
Dans le poste précédant, je montrais une peinture en cours et ben là voilà. Je l'ai appelé " la mariée". Si Berenice Big, tu passes par ici, voici un petit morceau de mon mur noir dans ma cuisine. C'est de la peinture ardoise pour écrire mais course mais finalement j'ai pris une bonne à tout faire donc plus besoin d'écrire mes courses...
 
 
La mariée (2014)
acrylique sur papier -25,5 x 31,5 cm

le quotidien




Un peu de vert / une peinture en cours / le bureau d'où fait mes post et consulte vos blogs

Bout de jardin


bout de jardon (2014) - Acrylique sur papier
21 x 29,7 cm
 
 
Je l'avais déjà montré un peu plus loin mais je le remontre. Pour cette peinture, je verrai un cadre simple blanc. A réfléchir !

Le pérugin au musée jacquemart-andré





La dernière expo de Jacquemard-André à savoir de "Watteau à Fragonard " ne m'avait pas plu. Là pour le Pérugin je dois dire que je fut enchantée. En peinture la renaissance n'est pas m'a période préférée mais comme je veux tout voir… je suis pictuvore ou peintuvore. 


Cette expo " le Perugin" confronte le grand maître au autres peintures italiens de renom comme Botticelli et Raphaël. 
Les madones sont superbes et les portraits sont saisissants de réalisme. La pâte est léché et on ne voit que très rarement l'intervention du pinceaux. Je dois dire que j'ai été fascinée par la vivacité des couleurs. Dans la dernière salle le retable partiellement recomposé de Raphael est sublime tant par la technique, la composition que par ses couleurs chatoyantes. 

Ne tardez pas trop. L'expo vient de commencer il n'y a pas trop de monde. On a ainsi tout l'espace pour admirer les oeuvres mais  crans quelques mois je ne vous garantis rien. 

Les photos ci dessous proviennent du facebook du musée Jacquemard-André. Je n'ai pas demandé mais je ne crois pas qu'on ait eu le droit de prendre des photos de l'expo. 




En ce moment, je travaille


 
Flou (2014) - Acrylique sur carton entoilé
46 x 33 cm
 
Au début je voulais juste reprendre une ancienne peinture et puis finalement j'ai tout changé.

Nouvelle Peinture - femme au visage baissé








Acrylique sur papier (2014) - encadré
32 x 40 ( cadre compris)


Le visage en gros plan de la vierge de Leonard de Vinci que j'ai eu envie de faire cette peinture. J'aimais la pose, le visage incliné.

Travail en cours



Je m'assoie sur cette chaise et je regarde de loin le travail en cours.



femme aux cheveux verts


Ce n'est pas ce que j'avais en tête bien que je n'avais pas grand chose en tête mais j'étais partie sur tout autre chose et au fur et à mesure les cheveux rouges et longs sont devenus vert-noir et courts. Le fond s'est rempli. Seul la tenue est restée identique.


Acrylique sur médium (2014) encadré 42 x 54 cm
( sans cadre 34 x 48 cm )

Retrospective emile Bernard à l'Orangerie






Au musée de l'orangerie, il y a en ce moment une rétrospective Emile Bernard. Cette exposition tend à montrer qu'Emile Bernard ce n'est pas que l'Ecole de Pont- Aven ni le suiveur de Gauguin.
Elle tend surtout à réhabiliter ce peintre qui n'a pas la place qu'il devrait dans l'histoire de l'art En effet, ce n'est Gauguin l'inventeur du synthétisme mais bel et bien Bernard. Il faut que croire que Gauguin et que la vie de celui-ci avait plus de glamour.

Cette exposition est ne soi ( même si comme on n'aime pas tout) car elle montre l'évolution d'un peintre en perpétuelle quête. Après Pont-Aven, Emile se lasse et tente autre chose mais ce sont ces voyage, d'abord au Caire puis à Venise qui vont l'amener le révéler à lui même avec un retour à une peinture plus classique. Tout comme Vallotton, il va se tourner vers les grands maîtres et voir en eux la voie.






Le pardon de Pont-Aven (1888) - Emile Bernard


 Madeleine au Bois d'Amour (1888) - Musée D'Orsay



La fumeuse de haschisch ( 1900) - Musée d'orsay



 Après le bain ou les Nymphes (1908) - Palais des Beaux-Arts de Lille

D'arrache pied


 
 
 
Après avoir fait beaucoup d'abstraction, j'ai eu envie de revenir au figuratif. Première difficulté quoi peindre. Deuxième difficulté arriver à concrétiser mon idée. Le rendu ne me plait pas. Il a encore beaucoup de travail. Je fais et défais. Le fond me semble vide. Quoi mettre ? ça ou ça... ?