En ce moment, je travaille


 
Flou (2014) - Acrylique sur carton entoilé
46 x 33 cm
 
Au début je voulais juste reprendre une ancienne peinture et puis finalement j'ai tout changé.

Nouvelle Peinture - femme au visage baissé








Acrylique sur papier (2014) - encadré
32 x 40 ( cadre compris)


Le visage en gros plan de la vierge de Leonard de Vinci que j'ai eu envie de faire cette peinture. J'aimais la pose, le visage incliné.

Travail en cours



Je m'assoie sur cette chaise et je regarde de loin le travail en cours.



femme aux cheveux verts


Ce n'est pas ce que j'avais en tête bien que je n'avais pas grand chose en tête mais j'étais partie sur tout autre chose et au fur et à mesure les cheveux rouges et longs sont devenus vert-noir et courts. Le fond s'est rempli. Seul la tenue est restée identique.


Acrylique sur médium (2014) encadré 42 x 54 cm
( sans cadre 34 x 48 cm )

Retrospective emile Bernard à l'Orangerie






Au musée de l'orangerie, il y a en ce moment une rétrospective Emile Bernard. Cette exposition tend à montrer qu'Emile Bernard ce n'est pas que l'Ecole de Pont- Aven ni le suiveur de Gauguin.
Elle tend surtout à réhabiliter ce peintre qui n'a pas la place qu'il devrait dans l'histoire de l'art En effet, ce n'est Gauguin l'inventeur du synthétisme mais bel et bien Bernard. Il faut que croire que Gauguin et que la vie de celui-ci avait plus de glamour.

Cette exposition est ne soi ( même si comme on n'aime pas tout) car elle montre l'évolution d'un peintre en perpétuelle quête. Après Pont-Aven, Emile se lasse et tente autre chose mais ce sont ces voyage, d'abord au Caire puis à Venise qui vont l'amener le révéler à lui même avec un retour à une peinture plus classique. Tout comme Vallotton, il va se tourner vers les grands maîtres et voir en eux la voie.






Le pardon de Pont-Aven (1888) - Emile Bernard


 Madeleine au Bois d'Amour (1888) - Musée D'Orsay



La fumeuse de haschisch ( 1900) - Musée d'orsay



 Après le bain ou les Nymphes (1908) - Palais des Beaux-Arts de Lille

D'arrache pied


 
 
 
Après avoir fait beaucoup d'abstraction, j'ai eu envie de revenir au figuratif. Première difficulté quoi peindre. Deuxième difficulté arriver à concrétiser mon idée. Le rendu ne me plait pas. Il a encore beaucoup de travail. Je fais et défais. Le fond me semble vide. Quoi mettre ? ça ou ça... ?

1914-2014


Cimetière de Fere-Champenoise ( Marne ) 2014



" le cimetière militaire de Châlons "- Felix Vallotton ( 1917)


Explosion - George Grosz (1917)


retour aux tranchées - C.R.W Nevinson (1914-15)




L'atelier


 

Abstraction

 
paysage abstrait (2014)
 acrylique sur papier  - 24 x 30 cm
 
 
Cette peinture a un cadre noir chiné. Pour la voir encadrer, il faut aller dans la boutique : ici
En ce moment, j'ai envie de faire du figuratif. Il faut que je décide quoi. C'est ça le plus dur. J'y réfléchis.

Bienvenue chez Rosalie



Je passais tous les jours devant en me disant qu'un jour il faudrait que j'aille. C'est en prenant contacte avec la gérante de Rosalie Mercerie Vintage que j'ai compris que j'aurai dû m'y arrêter bien avant. 

Rosalie Mercerie vintage n' est pas une mercerie mais comme on l'imagine. La mercerie un peu vieillotte ou tu viens acheter ta pelote de laine. Non Rosalie c'est des petites breloques pour faire ton bijoux, de la déco avec des petits coussins, des bijoux tout faits, c'est la papeterie, des objets qui nous rappelle notre enfance type la boite de bons points, les robots en kit, des petits jouets en alu..., des étoles, des coupons de tissus pour celles et ceux qui amenaient faire les coussins eux même... enfin tout un tas de trucs tous plus sympas les uns que les autres. Une boutique où maman est aussi ravie que son petit. Moi  j'ai flashé sur  les cahiers avec au dos les tables de multiplications. Ca vous rappelle rien ?  et les coquillages vous savez ces bonbons à sucer dans des coquillages en plastique ( ça j'adore). Gamine, je me ruais à la boulangerie après l'école pour acheter des coquillages. C'est ça Rosalie un petit bout de notre enfance. 






Vous remarquerai aussi la déco très soignée. J'adore le papier peint je dois dire. 













Poussez la porte de cette petite mercerie vous y serez drôlement bien accueilli. La gérante de Rosalie vintage est de ces commerçants à l'écoute, toujours prêts à répondre à vos questions, toujours prêts aussi à prendre quelques minutes pour vous expliquer les choses quitte à faire avec vous. 
Pour ceux et celles qui n'habiteraient pas dans le coup, une boutique en ligne est prévue avant la fin de l'année. En attendant le site, vous pouvez aller jeter un petit coup d'oeil sur son facebook : par ici 


Rosalie Mercerie vintage
8, boulevard Galliéni
94130 Nogent-sur Marne 

En ce moment, je ne peins pas, je lis



J'ai choisi ce livre à cause de son prix. Je ne connaissais pas Valentine Prax et vu le prix (2, 50 euros) je n'avais pas grand chose à perdre. Ce livre est en faite un catalogue d'une expo qui date de 1996. Je n'ai pas regardé trop en détail mais ce que j'ai lu de la vie de Valentine Prax me plait bien. D'ailleurs je préfère sa vie à son oeuvre.  Valentine Prax est née en 1897. C'est une femme taciturne qui un beau jour rencontre Zadkine, sculpteur. Pas facile d'être peintre quand on est femme a cette époque surtout quand son compagnon est aussi artiste. Elle a du s'effacer un peu pour ne pas faire trop d'ombre à son cher et tendre. A la mort de celui-ci, elle dut mettre sa carrière entre parenthèse pour exécuter le vœu de son défunt mari à savoir lui faire un musée


 René Auberjenois - Là encore c'est le prix qui m'a attiré. Quand les prix sont petits, je me sens très aventurière. Je ne connaissais pas là non plus ce peintre. Je ne me suis pas trop penchée sur ce livre. J'ai fait comme une enfant , j'ai juste regardé les images. La peinture de René Auberjenois est assez spéciale avec des couleurs sombres mais intéressante cependant. René Auberjenois est né à Lausanne en 1872. Il semble qu'en Suisse, c'est un peintre assez connu. Donc à lecture à approfondir.


Achat du catalogue de l'expo Willette " j'étais plus heureux quand j'étais malheureux". Je n'ai pas encore lu le temps de le lire mais je l'ai feuilleté et je le trouve graphiquement bien fait.

Adolphe Willette - exposition




Samedi, je suis allée voir l'expo " Adolphe Willette : J'étais plus heureux quand j'étais malheureux" au musée Louis Senlecq à L'isle-Adam. Adolphe Willette était un artiste très connu de son vivant qui est petit à petit tombé dans l'oubli notamment à cause de ses prises de position extreme. Peintre, illustrateur, caricaturiste, le talent de Willette a servi, à la fin de sa vie, à relayer ses idées antisémites, anti-dreyfusard, anti-republique, germanophobe... anti tout quoi.

J'avais découvert ce peintre l'année dernière au Musée de Montmartre lors de l'exposition " Autour du Chat Noir, arts et plaisirs à Montmartre 1880-1910" et j'avais beaucoup aimé ses peintures notamment " Parce Domine " (1884) qui est une toile immense. 


" Parce Domine " - Adolphe Willette ( 1884)

L'occasion était trop belle d' en savoir plus sur ce peintre qui fit polémique très recemment. En effet, en 2004 la mairie du 18e arrondissement décidé de débaptiser le square "Adolphe Willette " qui fait face au Sacré Coeur. Au cour de l'exposition présentée au Musée de L'isle-Adam on comprend un peu mieux pourquoi. Je vous laisse lire l'article qui vous expliquera toute l'affaire ici

Passé cet aspect un peu douteux, on ne peut nier que c'est un excellent peintre - voir un kitsch par moment - un excellent dessinateur, excellent caricature à l'humour bien aiguisé voir sanglant. 





 L'exposition est très bien faite, bien documentée avec toutes les explications nécessaires, le catalogue est lui aussi bien fait pour un prix raisonnable et le prix de l'entrée... c'est donné moins de 4 euros. Petit plus le personnel du musée est très agréable et il veuille bien à donner des petites explications aux visiteurs.

Adolphe Willette " J'étais plus heureux quand j'étais malheureux" 
31, Grande Rue 
95290 L'isle-Adam

Petite peinture

 
Petite peinture qui pourraient être à la fois un paysage ou une abstraction

Trouvailles


Parmi mes chines, j'ai récupéré ce tableau que je pensais jeter mais finalement je vais le garder. Je ne sais pas ce que je vais en faire.



 Mes peintures ont trouvé des cadres. De la chine aussi.



Peintures de vacances





Toutes alignées, comme ça, je suis assez stupéfaite de voir à quel point il n'y a aucune cohérence entre les toiles que ce soit aussi dans le style que le sujet. En ce moment, je me cherche ( bon en fait depuis pas mal de temps) mais plus en ce moment qu'avant. J'essaye de faire évoluer le machin mais je ne sais pas par où commencer. En attendant j'expérimente. J'aime aussi l'idée de faire des choses différentes pour voir où je peux aller et ce que je peux faire avec mon manque de technique.