Le souvenir d'une amie


J'ai commencé cette peinture avec l'idée de faire quelque chose de glamour puis je l'ai délaissée parce que j'avais des trucs importants à faire notamment ma commande du " Petit prince". Hier soir, je reprise.
Je ne sais pas si c'est parce que je fais plein de trucs en même temps (donc pas très concentrée) ou bien si hier n'était pas le bon moment mais je ne sais pas trop quoi penser de cette peinture. Le visage a demi effacé évoque pour moi, non pas le bannissement, mais plutôt le souvenir. Comme se souvenir d'événements, de moments précis mais avec les visages qui restent flous. Qui se souviens de sa petite camarade de classe de primaire ? De son premier amour ? Les photos fixent les visages alors que le cerveau ne garde que les sensations.  

Maintenant je vais m'atteler à du glamour en espérant retrouver mon coup de crayon car mon manque de pratique me fait prendre conscience qu'il faut sans cesse travailler.

Commentaires

Syl. a dit…
Oui, sans cesse exercer... Lorsque j'arrête de coudre, il y a toujours un temps de flottement à la reprise. Ca me fait la même chose pour l'écriture. Et la peinture, je ne sais plus comment tenir mon pinceau ! Mais ouf ! ça revient vite. Je te laisse à ton glamour...
San-tooshy a dit…
Je suis sur une toile en ce moment, je tâtonne mais ce que tu me dis me rassure. J'ai cru que j'allais devoir payer des petits enfants sans papier pour faire mes toiles. Ouf ! Heureusement que tu es là.
Syl. a dit…
Nigaude !!!

Articles les plus consultés