Il parait épisode 2

 
 
/// Rencontre de boxe chez Sharkey (1909) - George Bellows ///
 

 Ou comment je me suis faite boxer la face ou comment se sentir honteuse

Il parait…. Je ne sais pas si vous avez fait attention au temps et même au verbe utilisé… Il parait…cela laisse sous entendre un certain scepticisme. Avec tous les refus à mon actif, j’ai appris à manier le scepticisme.

Au mois de juillet, un ami me parle de sa banque dans laquelle des artistes sont exposés. Je suis étonnée car ce groupe je le connais pour avoir été cliente par le passé et je n’avais jamais vu qu’il y avait des œuvres dans les locaux. Il, mon ami donc, me dit qu’il va parler de moi à sa conseillère qui se trouve être la directrice de l’agence. Des mois passent et un jour il m’annonce qu’il a parlé à la directrice de l’agence et elle est ok pour une expo. Je ne saute pas joie… scepticisme…Face à ma réaction il est un peu vexé. Pour lui j’apparais comme ingrate. Il se trouve que j’ai eu trop de déconvenue. Mes nombreux refus ont un peu émoussé ma spontanéité. J’attends d’être sûre.

Le temps passe et cela se confirme même si le décrochage de l’autre artiste prend un peu de temps. Je me prépare minutieusement. Je fais ma sélection, vernis mes toiles, empreinte une agrafeuse pour faire des accroches.

Rien n’est vraiment près quand mon ami me demande de rappeler la directrice pour convenir d’un rendez-vous. Je m’exécute. Le rendez-vous est pris pour le lendemain 14h30. Je dois apporter quelques toiles avec moi afin qu’elle puisse les voir en vrai. Jusqu’à présent, elle n’avait vu que de vilaines impressions.

Durant l’entretien, elle me parle de sa démarche qui est tout à fait personnelle. En fait c’est de son proche chef qu’elle expose des artistes. C’est la seule agence de ce groupe a faire ça. Il n’y a pas entre l’agence et les artistes de questions d’argent. Elle fait ça pour égayer les locaux qu’elle trouve un peu tristes. Puis elle vient à me poser des questions. Je n’ai pas trop de réponses car je n’intellectualise pas ce que je fais. Je le fais pour le faire. Point. Très enthousiaste, elle demande à voir. J’ai une partie sur toile et une partie sur papier. Les papiers ne l’intéressent pas à cause du support. Elle ne veut que des toiles. Elle me montre les locaux pour que je me rende compte de la taille des pièces. Elle m’explique soudain que les clients de l’agence notent les conseillers et qu’une fois, alors elle avait exposé une artiste qui faisait des taches d’encre, elle avait eu alors une très mauvaise note. C’est pour cela qu’elle préfère demander l’avis à une de ses collègues. Elle prend 4 ou 5 toiles avec elle. A son retour, elle m’annonce que ça ne passera pas auprès des clients et donc je n’expose plus.

Il aurait été plus intelligent, à mon sens, de d’abord demander à sa collègue ce qu’elle en pensait puisqu’elle avait des impressions avant de me fixer un rendez-vous et de me faire déplacer.

Mon ami ne comprend pas pourquoi ce n’est plus possible et ma mère me dit que ce n’est pas grave. Sauf que pour moi c’est grave. Puis elle ajoute qu’il ne faut pas que je m’arrête à un échec. Je pourrais faire fi en effet si cet échec était le premier. Je dois dire que ce n’est pas un coup en pleine face que je me suis pris mais bel et bien une volée de coup dans les côtes.

Commentaires

Julie a dit…
C'est la faute de la collègue! Est-ce que tu as vu sa tête? On pourrait aller lui crever ses pneus.
chicoumi a dit…
c'est la fête des mauvaises surprises !!! Le problème c'est que les gens manque d'empathie. Ils ne penses pas faire de mal. Courage !!!
Lou Kat a dit…
Moi je crois que c'est le lieu de l'expo qui cloche en fait! Ce ne sont pas tes toiles!
Les banques ne sont pas connues pour leur ouverture d'esprit n'est-ce pas? C'est le lieu de la rigidité par excellence!

Ne te décourage pas, tu peux exposer si tu le souhaites dans des bars, des biblithèques, des offices du tourisme (...)qui brassent peut-être plus de genres différents...C'est pas les grosses galeries parisiennes mais ça permet de se faire un premier contact et parfois aussi de vendre quelquechose.
Mais je comprends ta déception, c'était indélicat de te faire venir pour arrêter l'aventure de cette façon.
Anonyme a dit…
C'est quoi ce plan merdique???!!!Quel manque de respect mais en même temps banque et manque de respect ça va assez bien ensemble....je ne m'étendrai pas sur ce sujet mais bon!Je suis assez d'accord avec Lou Kat et c'est vrai que partager son travail dans un lieu comme une médiathèque,office du tourisme,un restau et autres lieux sympas peuvent te permettre de rencontrer d'échanger avec de "belles" personnes mais je compte sur toi pour la mettre K-O cette espèce de quiche (et là je suis polie!)!!!!
Ne doute JAMAIS de ton talent,Sandra,JAMAIS!!
Carine
Syl. a dit…
Je suis colère moi aussi. Elle veut quoi ? De la marchandise de supermarché ?
Je t'envoie un mail.
Rebz a dit…
Crois en toi et tes rêves... ne laisse pas les autres les détruirent.. (c'est facile à écrire mais il faut essayer :) ^^)
Sandra, ma chére Sandra,

Est-ce que tu te souviens? Nous avions parlé de l'exposition en 2010, en automne, dans le resto. Donc j'étais trés contente de lire que tu la prépares et que tu as eu la possibilité. Je suis tout á fait d'accord avec Toi, on aurait pu économiser de te faire du mal...
Voyons le coté positif; tu as fait une sélection, tu as amélioré tes images, tu as passé de beaux moment avec. Et c'est le plus important; tu as besoin de cette activité qui va t'aider d'oublier cette mauvais expérience. Tu sais, je suis toujours á coté de Toi en ame! J'aime ce que tu fais!!! Je t'embrasse
San-tooshy a dit…
Julie : non pas vu ! Visiblement il la cache.

Chicoumi : Peut-être parce que pour eux ce ne sont que des "gribouillis". Ils ne voient pas l'importance que l'on accorde à tout cela.

Lou Kat : ahhh toujours là pour me réconforter ! Un de ses jours ça sera fera. Merci à toi de prendre 5 minutes pour venir me voir toi dont le temps t'es compté.

Carine : Oh là Carine tout doux, tout doux. J'ai retiré les 3 euros que j'avais chez eux. Ca leur apprendra ! Je sais que tu es déçue pour moi... ahhhh je t'ai encore déçue... non mais vraiment !

Syl : Ah non pas toi ! Elle veut avoir une bonne note car qui dit bonne note dit promotion. Tout simplement ! Ce que je ne tolère pas c'est de ne pas avoir pris 5 minutes pour jeter un coup d'oeil. Elle aurait tout de suite vu que je convenais pas.

Rebz : je vais tâcher de suivre ton conseil et reprendre mes pinceaux.

Ojni : 3 ans déjà que cette rencontre a eu lieu. Tu vois toujours les bons côtés. Je te remercie beaucoup vraiment tes mots me touchent beaucoup.

Merci à toutes du fond du coeur !

Articles les plus consultés